Nathalie Casemajor

« Dérive numérique des objets dérivés »

Résumé : Comment pouvons-nous suivre la trajectoire d’une image en ligne ? Retracer son chemin à travers le dédale du Web, du blog le plus sombre à sa multiplication virale sur les réseaux sociaux, semble être un défi insurmontable. Et pourtant, l’étude de ces trajectoires permet de mieux comprendre les biographies culturelles des données. Elle fournit des façons d’explorer la variété incommensurable de sous-produits et d’objets dérivés générés par les activités quotidiennes de consommation culturelle sur Internet. L’étude des artefacts numériques nous offre un cadre pour explorer les qualités matérielles des objets numériques, et leur relation avec les conditions sociales, technologiques, économiques et culturelles de la circulation numérique. Ceci soulève cependant un certain nombre de questions épistémologiques : comment conceptualiser la matérialité des artéfacts numériques, leurs régimes de valeur et d’échange, leur rôle dans la constitution des mondes sociaux ? Et quelle méthodologie pouvons-nous utiliser pour une étude empirique de ces phénomènes ? En observant comment les images du Printemps Érable ont circulé sur le Web, j’explorerai quelques-uns des processus de production, d’échange et de consommation qui affectent la circulation des biens culturels sur Internet.

Biographie : Nathalie Casemajor est professeure adjointe de communication au département des sciences sociales de l’université du Québec à Gatineau (Canada). Elle détient un doctorat en communication de l’université du Québec à Montréal et un doctorat en sciences de la communication et de l’information de l’université Lille 3 (2009). Elle a été boursière postdoctorale à l’université McGill (Department of Art History and Communication Studies) et à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS – Montréal, Centre de recherche en Urbanisation, Culture et Société), ainsi que chercheure invitée à New York University (Department of Media, Culture and Communication). Son travail se concentre sur la culture numérique, les archives et la mémoire collective.